J’ai grandi dans le milieu médical et j’ai fait des études et de la recherche dans le domaine de la biologie. Cette « marque de fabrique » a induit en moi une forte notion de l’éthique et de la déontologie. J’apprécie de travailler de façon consciencieuse et éclairée.

Curieuse, j’ai eu la chance d’étudier les deux domaines qui me passionnent : la biologie et la psychologie. J’ai travaillé en tant que chef de projets dans des domaines variés, allant de la recherche en biologie au service hospitalier, en passant par la muséographie.

J’ai rencontré la sophrologie dans des moments heureux (la naissance de mes enfants), mais aussi dans des périodes plus douloureuses de mon existence. La vie m’a souvent fait prendre des virages inattendus, mais lorsque je me retourne aujourd’hui, je trouve un sens à ce chemin en apparence sinueux.

Plus que mes centres d’intérêts (neurosciences et psychologie) qu’elle allie parfaitement, la sophrologie reflète aujourd’hui ma façon d’être : j’essaie de m’éloigner de mes préjugés, et je déteste les cases dans lesquelles nous sommes tentés d’enfermer les gens. J’aime découvrir et me laisser surprendre (le phénomène qui surgit), savourer l’instant présent (contempler), partager (écouter avec empathie, témoigner), écrire (la saveur des mots à travers les phénodescriptions), apprendre (les formations pour ne pas rester sur mes acquis) … J’apprécie le mouvement et l’idée que rien n’est figé, ni inscrit dans le marbre.

La sophrologie au cœur d’une équipe pluridisciplinaire

Par mon expérience personnelle, je connais les limites d’un exercice isolé et au contraire le champ des possibles d’un travail au sein d’un réseau professionnel. La sophrologie est un formidable outil, mais je sais que souvent « l’union fait la force ».

Ainsi, j’ai à cœur d’exercer mon métier en lien avec des professionnels du secteur médical, paramédical, pratiquant d’autres techniques : acupunctrice et praticienne en médecine chinoise, kinésithérapeutes, médecins généralistes, neurologue, diététicienne, ostéopathes, psychiatres, psychologues (dont praticienne en EMDR), sage-femmes, sexologue …

Je suis également en lien avec d’autres sophrologues (via des associations, des groupes de travail, des supervisions…) car j’apprécie les échanges et les interactions professionnelles. Je ne cesse d’apprendre, me former, confronter mes idées pour rester toujours en mouvement.

sophrologue toulouse
sophrologie
sophrologue

Ma façon d’être sophrologue

La notion de « phénomène » est fondamentale en sophrologie. Un phénomène est une perception, une sensation, une émotion, un sentiment qui émerge à la conscience du « sophronisant » lors d’une séance. Il est intime, imprévisible, mais surtout il est éclairant car il indique là où la personne en est, voire ce dont elle a besoin à cet « instant t » pour aller vers un mieux-être.

J’aime l’idée qu’en tant que sophrologue certifiée à la méthode Caycédienne, je suis une accompagnante, une passeuse. Je ne suis ni un guide qui devance, ni une thérapeute qui influence. Au contraire, sans savoir à l’avance ce qui va apparaître à la conscience de celui ou celle que j’aurai le bonheur d’accompagner, j’accueille le « phénomène » sans préjugés, ni à-priori, ni jugement.

Ainsi je n’anticipe pas une séance, j’accueille chaque personne dans ses questionnements, ses difficultés du moment, sans tenter d’y répondre. A son écoute, je lui propose une séance exclusivement adaptée, « sur la mesure de l’instant », tout en restant dans le protocole Caycédien, afin de faciliter l’expression du phénomène qui émane directement de sa conscience.

Mon objectif est d’accompagner mon (ma) client(e) vers un mieux-être, car il est si doux d’être à soi-même (Douceur d’Etre).

Ma qualité de praticienne en relation d’aide me permet d’être à votre écoute, dans une relation qui sera singulièrement la nôtre et dans laquelle « ce n’est pas mon savoir qui sera important mais le vôtre » (B. Barel).

Diplômes et formation continue

1995 : DEA Biologie – UTC Compiègne

2001 : Licence de psychologie – Faculté Toulouse Jean Jaurès

Formations en Sophrologie Caycédienne

Décembre 2019 : Cycle Fondamental Sophrologie Caycédienne – Ecole de Sophrologie Caycédienne de Toulouse (Vifia)

Juin 2020 : Mieux-Etre et Sophrologie

Janvier à octobre 2020 : Praticien(ne) en Relation d’aide – dispensée par Bernard Barel – Académie de Sophrologie Caycédienne de Paris

Depuis juin 2021 – en cours : Cycles supérieurs (Master) Sophrologie Caycédienne – Ecole Sofrocay Barcelone

Juin 2021 : Sophrologie et Santé – dispensée par Bernard Barel – Ecole de Sophrologie Caycédienne de Carcassonne

Octobre 2021 : Accompagnement des personnes en deuil – dispensée par Patricia Ferrante – Association de Sophrologues Caycédiens du Lyonnais

Novembre 2021 : Accompagnement des personnes en situation de douleur chronique – dispensée par Dominique Raetz – Association de Sophrologues Caycédiens du Lyonnais